{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Les appels d'une mère
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Les appels d'une mère
Share |
 

Moscou : Kolomenskoe, l’icône rouge

En février 1917, juste avant les apparitions de Fatima et le commencement des 70 années d'oppression du communisme athée, la Mère de Dieu apparaît aux portes de Moscou, à Kolomenskoe (on trouve aussi Kolomenskoïe, Kolomenskoye).

 

Un lieu à signification politique

Kolomenskoïe domine la Rivière Moskva, à 10 kilomètres au Sud-est du Kremlin. Les édifices sont situés dans un parc naturel de 390 hectares, avec des sources, des rochers, des chênes dont certains ont 400 ou 600 ans.

Le premier document mentionnant le village de Kolomenskoe est daté de 1339, pendant le règne d'Ivan Kalita.

Au quinzième siècle, la propriété est devenue une résidence royale d'été.

Le plus ancien bâtiment qui ait survécu aujourd'hui, c’est l'Église de l'Ascension. Il a été construit en 1532 et représente une nouvelle étape de l’architecture russe. Il n’a pas le style bombé cruciforme traditionnel mais il a la forme d’une tente.

En 1994, l’ UNESCO a inscrit l'Église de l'Ascension parmi les monuments historiques et culturels. (1)

 

Les évènements de 1917

Dans la nuit du 13 février 1917, Eudoxia Adrianova, paysanne de Botchinki (banlieue de Moscou), entend dans son sommeil une voix mystérieuse :

« A Kolomenskoe il y a une grande icône noire. Il faut y installer l'icône rouge. »

Parvenue sur les lieux, Eudoxia transmet le message au père Nicolas Likhatchev.

Après une seconde visite le 26 février, elle retourne le 2 mars à Kolomenskoe et insiste.

Le prêtre lui montre les icônes vénérées dans l'église. Point d'icône rouge (à la couleur du régime sanglant en voie d'instauration), et aucune ne ressemble à celle du rêve. Il poursuit le recherche dans la cave et y retrouve la grande icône où la « Reine du Ciel trône » avec un manteau de pourpre, un sceptre et un globe terrestre, l'Enfant sur ses genoux.

La paysanne reconnaît son icône.

Selon le récit du prêtre, Eudoxia aurait ajouté que Marie devenait ainsi en effigie la « Tsarine invisible ». (2)

C'est aussi en février 1917 que commença la révolution bolchevique. Le 2 mars 1917 en particulier est aussi le jour où le Tsar abdique et confie la Russie à Marie souveraine de la Russie, (peu avant son arrestation le 20 mars), mais cela, Eudoxia ne le sait pas encore.

 

On vénéra donc en procession itinérante dans les monastères et dans les églises de Moscou l'icône retrouvée. On composa en l'honneur de la Mère de Dieu une nouvelle hymne Acathiste, divulguée avec la bénédiction du patriarche Tikhon.

 

Epilogue

De mai à octobre 1917, la Vierge apparaît à Fatima, au Portugal, une partie du message concerne la conversion de la Russie, liée à la venue d'un temps de paix. Et c'est le 13 juillet que fut communiqué, selon Lucie (1967), le triple secret prophétisant la fin des persécutions en Russie, alors incompréhensible, car la révolution ne prit le pouvoir qu'en octobre 1917. L'un des moyens d'obtenir cette conversion de la Russie est la consécration, ou acte d'abandon, du monde à Dieu, par Marie immaculée. Les formulations varient : il s'agit de faire advenir le règne de Dieu dans le monde par le règne de Marie sur les cœurs.

Après plusieurs démarches incomplètes, cet acte est accompli le 25 mars 1985.

Bien peu de temps après, le mur de fer tombait.

 

Le 19 septembre 1990, à l’heure où la "Perestroïka" mettait fin aux persécutions en Russie, le sanctuaire de Kolomenskoe débordait d’une foule fervente sous les bulbes de ses clochers. (2)

 


(1) http://www.geocities.com/athens/delphi/6422/kol.html

(2) R. Laurentin, Les Chrétiens détonateurs des libérations à l’Est, Paris, O.E.I.L. (aujourd’hui De Guibert), 1991, et Comment la Vierge Marie leur a rendu la liberté, id., 1991 (avec une reproduction de l’icône hors texte face à la p. 96) ; Mère Sofia, 189-191 ; Turi, 1988, 397-398.


Synthèse F. Breynaert

 

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3