{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Vie à Nazareth au quotidien
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Vie à Nazareth au quotidien
Share |
 

F. Josèphe, Evangiles, Rabbins

Pour connaître la période historique à l'aube du christianisme, nous disposons de trois sources de renseignements. Ces trois sources ont des méthodes et une mentalité différente :

 

  • Les récits historiques de Flavius Josèphe.
  • Le Nouveau Testament, centrés sur Jésus.
  • Les traditions rabbiniques, centrés sur la loi.

 

Josèphe (Flavius) était un général juif de la première guerre contre Rome. Il passa aux Romains. Il écrit entre 75 et 100 une histoire des Juifs depuis les origines jusqu'à la destruction de Jérusalem en l'an 70. Il cherchait à expliquer au monde juif de son temps que les Romains n'étaient pas responsables de la destruction du Temple et à dire aux Romains que les Juifs avaient été induits en erreur et qu'on ne devait donc pas les tenir pour coupables de la terrible guerre.

Pour lui, la signification de l'histoire est que la réussite d'Israël dépend à la fois de son obéissance aux lois de la Torah, telles que les exposaient les pharisiens, et de ses relations iréniques avec Rome.

 

Les évangélistes ne s'intéressaient pas à l'histoire du peuple juif, mais à la vie et aux enseignements de Jésus, dont cette histoire constitue l'arrière plan.

Les évangiles affirment qu'avec la venue du Messie, le Temple a perdu le rôle essentiel qu'il jouait jusqu'alors et que ceux qui étaient chargés l'existence israélite - les chefs tirés des rangs des prêtres, des scribes et des pharisiens - ont, par leur incroyance, fait preuve de la méconnaissance du moment du salut. Ils expliquent pour une part cette incroyance par l'hypocrisie et l'égoïsme des pharisiens.

 

Pour les rabbins, la destruction du Temple est chose lamentable, mais elle ne signifie pas qu'Israël a perdu tous les moyens de servir son Créateur.

La voie qu'ils proposent remonte sans rupture jusqu'au Sinaï et débouche sur le cercle rabbinique qui s'est formé à Jamnia[1]. La Torah orale révélée par Moïse et retransmise par les prophètes aux scribes, aux sages et aux rabbins reste toujours à la disposition d'Israël. Il faut veiller à conserver soigneusement le souvenir des règles du pharisaïsme antérieur à 70, car elles gardent toute leur valeur.

 


[1] Jamnia = Yabné, est une ville qui se situait au sud de l'actuelle ville de Tel Aviv. Les sages juifs s'y réfugièrent pendant la première guerre contre Rome (66-70). Après la guerre, c'est la capitale du gouvernement des sages et lieu où Yohanan ben Zakkaï, leader des sages d'après 70, passa ses dernières années.


Jacob Neusner, (auteur juif)

Jacob Neusner, Le judaïsme à l'aube du christianisme, Cerf, Paris 1986, p. 70-73

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3