{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Vie à Nazareth au quotidien
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Vie à Nazareth au quotidien
Share |
 

La transmission écrite du Nouveau Testament

Les originaux des 27 écrits composant le Nouveau Testament ont tous disparu.

Subsistent seulement un bon nombre d'anciens papyrus et de parchemins actuellement dispersés dans les grandes bibliothèques internationales.

Ils sont écrits en grec, et parfois en majuscule (les "onciaux").

Les variantes entre les manuscrits sont assez minimes - surtout des fautes d'orthographe !

Un travail attentif de paléographie et de critique textuelle permet aux spécialistes de remonter assez souvent aux deux ou trois formes du texte qui circulaient au II° siècle.

 

Papyrus et parchemin

Le papyrus est fabriqué à partir d'une plante dont la tige se déroule en bandes de quelques centimètres de large. En les disposant sur deux épaisseurs (une couche en bande longitudinale, une couche en bande transversale) on obtient des feuilles sur lesquelles ont peut écrire, mais qui sont très fragiles : les papyrus qui nous sont parvenus sont souvent très détériorés.

Les plus anciens sont :

- le papyrus 52 qui donne Jn 18, 31-33 et remonte à la première moitié du deuxième siècle.

- quelques autres papyrus p64, p66, p67 (p comme papyrus) qui remontent aux environs de l'an 200. Ils ne donnent aussi que quelques versets d'évangile.

 

Le parchemin est une peau de jeune animal (mouton, chèvre ou antilope) tannée et blanchie. Plus solide, le parchemin se conserve bien. Son nom vient de Pergame, une ville d'Asie mineure qui s'était fait une spécialité de sa fabrication.

Plus onéneux, le parchemin a été utilisé par l'Eglise quand elle s'est enrichie, sous la paix constantinienne, au IV° siècle.

C'est pourquoi les manuscrits comprenant le Nouveau Testament en entier datent du IV° siècle, tels par exemple le Sinaïticus et le Vaticanus.

 

Après le grec...

Les parchemins et les papyrus du Nouveau Testament qui nous sont parvenus sont écrits principalement en langue grecque. Dans les premiers siècles, la langue grecque était en effet comprise dans pratiquement tout l'empire romain.

La Vulgate (= la populaire) est une Bible écrite en latin par saint Jérome (347-420), elle devint rapidement le texte officiel de l'Eglise d'Occident.

La Peshitta (= la simple) est une Bible écrite en syriaque.

 

La Bible fut traduite dans de multiples langues.

En France, c'est au XII° siècle qu'apparurent les premières adaptations dans la langue du peuple.

 

Au XIX° siècle, le renouveau biblique fut l'occasion d'une floraison mondiale de traductions nouvelles, à partir des textes originaux.

 


Sources :

Charles Perrot, Jésus, Puf, Paris 1998. p. 9-12

Michel Quesnel, L'histoire de Evangiles, Cerf, Paris 1987, p. 42 et 96-104


Françoise Breynaert

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3