{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Panorama de la vie de Marie
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Panorama de la vie de Marie
Share |
 

Quelle historicité pour la Présentation de Marie au Temple ?

Distinguons deux aspects :

- L'acte intérieur par lequel Joachim et Anne, ont offert la petite Marie au Seigneur, pour que Dieu son guide et sa plénitude. Et l'acte intérieur de la petite Marie elle-même qui se livre et consacre avec un Oui entier, prélude du Oui de l'Annonciation. L'Eglise d'Orient et d'Occident a toujours validé une telle tradition.

- L'acte extérieur d'une venue au Temple de Jérusalem et d'une vie « cloîtrée » de l'enfant Marie, éduquée par une maîtresse. Cette tradition populaire provient des récits apocryphes et elle est diversement reçue. C'est sur cet aspect que porte la discussion d'historicité.

 

L'apport de l'Ancien Testament.

L'Ancien Testament mentionne le service de femmes à l'entrée de la Tente de la Rencontre :

" Il fit le bassin en bronze et son socle en bronze avec les miroirs des femmes qui faisaient le service à l'entrée de la Tente du Rendez-vous." (Exode 38,8).

 

L'apport du Nouveau Testament.

Dans le Nouveau Testament, le descriptif d'Anne la prophétesse qui "ne s'écartait pas du Temple, rendant un culte [à Dieu] nuit et jour par des jeûnes et des prières" (Luc 2,37) pourrait laisser supposer qu'il y avait des femmes dans le Temple, mais notons que l'évangile ne dit pas « dans » le Temple, mais à proximité (elle ne « s'en écartait pas »).

 

Les traditions juives.

La tradition juive (Mishna et Talmud) nous aide très peu. Il est dit que le voile du temple est tissé par des « jeunes filles » filles [hébreu : « ribot » et non pas « betoulot », vierge] (Mishna Sheqalim 8,5).

 

Une autre source juive dit que le voile est tissé par des vierges : Au moment de la destruction du temple « quand les vierges qui tissaient le rideau du temple virent que le temple était en feu, elles se jetèrent dans le feu, afin que l'ennemi ne puisse pas les violer » (Pesiqta Gabbati ; Piska 26, 6). Ce texte semble indiquer que les vierges vivaient au temple, mais ce n'est pas sûr. Le texte est un  midrash qui se réfère à « D'en haut il a envoyé un feu » (Lam 1, 13) et en tant que midrash, son but n'est pas historique. De plus, ce texte est éloigné des origines : les spécialistes considèrent qu'il date du 3°, 7° ou 8° siècle[1].

 

Une troisième source juive dit que le voile est tissé par « des femmes » (Tosephta Sheqalim) dit que les femmes (nashim) qui tissaient le rideau du temple étaient payées. Cela est repris dans d'autres textes plus tardifs.

 

Aucun de ces textes ne mentionne un logement de ces jeunes filles ou de ces femmes dans l'enceinte du temple comme dans une « clôture  religieuse ».

 

Enfin, Clemens Brentano[2] pense avoir trouvé chez le rabbin Azarias de Rubeis (XVIème siècle), une autorité juive attestant la présence de jeunes filles au service du Temple[3] en citant Philon d'Alexandrie. Ce que conteste "Les annales de philosophie chrétienne"[4] : la citation de Philon d'Alexandrie reprise par le rabbin Azarias, semble en effet décrire des communautés d'hommes et de femmes plus proches des communautés esséniennes que des corps constitués du Temple.

 

Sources apocryphes, patristiques, et mystiques.

Le Protévangile de Jacques est un récit apocryphe qui remonte au II° siècle et parle du vœu de Joachim et Anne de se séparer de la petite Marie pour qu'elle soit élevée dans le Temple du Seigneur (Protévangile deJacques 7, 1).

 

Longtemps mis à l'écart par les pères de l'Eglise, ce récit est repris au VII° siècle dans un cadre liturgique par saint Jean Damascène, et dans la « vie de la Vierge » de Maxime le Confesseur.

 

Au Moyen Age, Jacques Voragine amplifie le récit apocryphe en écrivant « la légende dorée ».

 

Parmi les mystiques, R. Laurentin compare les « vies de Marie » par Marie d'Agréda[5] (†1665), Anne Catherine Emmerich[6] (†1824), Maria Valtorta[7] (1961) et Consuelo[8] :

Au sujet de la consécration de Marie, « il s'agit là moins d'une dépendance directe à l'égard du texte du Protévangile que de la tradition commune, laissée dans la mémoire populaire, par la fête liturgique de la Présentation. »[9]

Au sujet de l'attitude de Marie lors de la montée des marches (les quinze marches du Pseudo-Matthieu), « les variantes abondent »[10].

Au sujet de la vie de Marie dans le temple, les mystiques élaguent le merveilleux des récits apocryphes (Marie dans le Saint des saints, nourrie par la mains des anges), Marie vie seulement dans l'enceinte du temple où elle étudie et travaille de ses mains ; l'harmonie des quatre mystiques « est parfaite mais en écho à la très large tradition populaire issue du Protévangile »[11]

 

Position catholique à travers les choix liturgiques.

La fête de la « Présentation de Marie au Temple » provient des Eglises d'Orient et elle est étendue à toute l'Eglise catholique par le pape Sixte IV en l'an 1472.

Mais en l'an 1568, le concile de Trente la supprime du calendrier à cause de ses origines apocryphes. En 1585, la fête est ré-inscrite en prescrivant cependant d'utiliser le formulaire liturgique de la Nativité de Marie.

Après le Concile Vatican II, à cause des incertitudes dues au manque de fondement biblique et historique, le pape Paul VI a conservé « la Présentation de Marie » [sans dire « au Temple »] en pensant à l'union avec les Églises orientales où c'est une fête très importante (cf. Marialis Cultus 7) et non plus au titre de « fête » mais de simple « mémoire » ; la liturgie catholique, comme les théologiens orthodoxes, insistent sur la signification spirituelle.[12]

 

Conclusion.

Ni l'Ancien ni le Nouveau Testament, ni la Mishnah ni le Talmud ne donnent de précision sur un bâtiment dans l'enceinte du temple réservé à des maîtresses éduquant des fillettes, mangeant et dormant dans une « clôture  religieuse ».

Nous pourrions accepter d'imaginer que la Mishnah et le Talmud ait effacé des références évoquant des souvenirs chrétiens[13]. Mais comment comprendre un tel silence dans l'Ancien et le Nouveau Testament ?

S'il existait un statut de femme habitant le temple pourquoi l'évangéliste saint Luc ne le dit-il pas plus clairement au sujet de la prophétesse Anne (Lc 2, 37) ? Pourquoi, au contraire, Luc ne dit-il rien sur un statut de servante du Temple qui aurait été un honneur riche de signification pour la Vierge Marie ? « Lc 1, 26 présente Marie comme une femme de Nazareth en Galilée sans titres humains mais chérie de Dieu, seul contraste que renforce les titres dynastiques de Zacharie et d'Elisabeth. »[14]

 


[1] SAFRAI Shmuel, The jewish people in the first century, tome II, Amsterdam 1976, p. 877.

[2] Clemens Brentano "Vie de la Vierge Marie" en- éditions de la Renaissance, Paris 2006, note à la page 151

[3] Rabbin Azarias de Rubeis, Imreh Binah, chap. LX. feuillet 181 verso, édition de Mantoue

[4] Les Annales de Philosophie chrétienne, Paris 1855, page 313 et suivantes

[5] Marie d'Agréda,  La cité mystique de Dieu (1715), livre II, p. 70.72.114.

[6] Anne Catherine Emmerich, La vie de la Vierge Marie, Presses de la Renaissance, Paris 2006, p.108-139

[7] Maria Valtorta, L'Evangile tel qu'il m'a été révélé, tome I, p. 44-67.

[8] Consuelo, Marie Porte du Ciel, Hauteville, Editions du Parvis, p. 24-30.

[9] René Laurentin, François-Michel Debroise, La vie de Marie d'après les révélations des mystiques, Presses de la Renaissance, Paris 2011, p. 75

[10] René Laurentin, p. 78

[11] René Laurentin, p. 80

[12] Cf. Ignazio CALABUIG, Il culto di Maria in occidente, In Pontificio Istituto Liturgico sant'Anselmo. Scientia Liturgica, sotto la direzione di A.J. CHUPUNGCO, vol V, Piemme 1998

[13] F. MANNS, Essai sur le judéo-christianisme, franciscan printing press, Jerusalem 1977, p. 94-114

[14] René Laurentin, François-Michel Debroise, ibid., p. 235-236


Françoise Breynaert

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3