{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Panorama de la vie de Marie
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Panorama de la vie de Marie
Share |
 

L’enfance de Marie selon les mystiques

Certains mystiques disent recevoir une « vision » ou une « dictée » de la vie de Jésus ou de Marie, par exemple Marie d'Agréda (1602-1665)[1], Anne Catherine Emmerich (1774-1824)[2], Maria Valtorta (1897-1961)[3], et d'autres encore de nos jours.

Ces récits ne concordent pas toujours et ils s'expliquent au moins en partie par l'Evangile, les apocryphes, la tradition populaire, les connaissances historiques. On ne peut pas non plus exclure que tel ou tel aspect vienne « de lumières ou influences du ciel »[4].  Voici ce qui concerne l'enfance de Marie, ou sa Présentation au Temple :

 

Jusqu'à l'âge de trois ans.

Selon le Protévangile de Jacques, Anne n'a pas nourri Marie durant les quarante premiers jours de sorte que la petite Marie commence sa vie par un jeûne de quarante jours (§ 5.2). Ses pieds ne touchent pas sol (impur), avant que ses parents ne la déposent au Temple à trois ans révolus. C'est sur ce sol sacré qu'elle commence à marcher pour monter allégrement les degrés du Temple (§ 6, 1).

Ces éléments tout à fait invraisemblables ont une signification symbolique, poétique. Dans leurs récits de la vie de Marie, ni Maria d'Agréda (1602-1665), ni Anne Catherine Emmerich (1774-1824), ni Maria Valtorta (1897-1961), ni les mystiques contemporaines ne reprennent ces éléments[5].

 

La présentation de Marie au temple.

Maria d'Agréda (1602-1665), Anne Catherine Emmerich (1774-1824), et Maria Valtorta (1897-1961) décrivent la présentation de Marie au Temple.

Les vies « révélées » ne dépendent pas directement du Protévangile de Jacques, elles dépendent plutôt de la tradition commune, laissée dans la mémoire populaire, par la fête liturgique de la Présentation.

Maria d'Agréda et Anne Catherine Emmerich évoquent quinze marches, comme dans l'apocryphe du Pseudo-Matthieu.

Selon le Protévangile de Jacques, Marie est nourrie de la main des anges (§ 8, 1), et a été élevée dans le Saint des Saints. Mais aucune des vies « révélées » ne situe Marie dans le Saint des Saints. Dans les vies « révélées », Marie est seulement dans l'enceinte du Temple, comme novice dédiée à l'étude, à la prière et aux travaux ménagers sous l'autorité - selon Maria d'Agreda et Maria Valtorta - d'Anne la prophétesse (que l'on retrouve lors de la Présentation de Jésus en Luc 1, 39).

 

Les mystiques insistent sur le fait que Marie était fervente, vivant une oraison continuelle ou de longues heures de prières[6].

 

La tribu de Marie.

Maria d'Agréda, Anne Catherine Emmerich et Maria Valtorta disent que Marie appartenait à la famille de David.

Les évangiles de Matthieu et Luc ne le disent pas, si ce n'est, indirectement, par le fait que Marie ait été admise au mariage avec un homme de la tribu de David, Joseph. Mais Luc montre aussi que Marie est parente avec Elisabeth, épouse de Zacharie de la tribu sacerdotale.

 


[1] Marie d'Agréda, La cité mystique de Dieu (première édition espagnole en 1670) Téqui, Paris 2000

[2] Anne Catherine Emmerich, La vie de la Vierge Marie, Presses de la Renaissance, 2006

[3] Maria Valtorta, L'Evangile tel qu'il m'a été révélé, Centro Editoriale Valtortiano, 1985

[4] Cf. R. Laurentin, F-M. Debroise, La vie de Marie d'après les révélations des mystiques, Presses de la Renaissance, Paris 2011, p. 248

[5] Cf. R. Laurentin, F-M. Debroise, La vie de Marie d'après les revelations des mystiques, Presses de la Renaissance, Paris 2011, p. 73

[6] Cf. Ibid., p. 84- 85


Synthèse Françoise Breynaert

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3