{$alternaterss} {$rssnew}
AccueilProjetMultimédiaPlanDuSiteRechercheContactMembresForumsRSS {$debit_bas}  
Accueil
Vie à NazarethPanorama de sa vieEcritureDoctrine La Prière avec MarieDans le Judaïsme, l'Islam ...La Vierge dans l'ArtLes grands témoins marialsMarie remplit le mondeLes appels d'une mère
Panorama de la vie de Marie
Accueil Projet
Français
English
Deutsch
Español
Italiano
Polski
Português
Português brasileiro
Русский
Ελληνικά
العربية
汉语
日本語

Panorama de la vie de Marie
Share |
 

La joie du don - Présentation de Marie au temple

Le très ancien récit apocryphe, à travers un style populaire, nous révèle des vérités profondes qui intéressent nos contemporains (pensons par exemple au grand colloque sur le thème du don qui s'est tenu à Lyon en l'an 2000[1]). Avec le style qui est le sien, ce récit ancien nous parle de Marie qui nous révèle ce qui fait la profondeur et la joie de la vie humaine : le don de soi.

 

« L'enfant atteignit l'âge de trois ans et Joachim dit : "Appelez les vierges sans tache des Hébreux et qu'elles prennent des lampes et qu'elles les allument et que l'enfant ne se retourne pas en arrière et que son esprit ne s'éloigne pas de la maison de Dieu." Et les vierges agirent ainsi et elles entrèrent dans le temple.

Et le prince des prêtres reçut l'enfant et il l'embrassa et il dit : "Marie, le Seigneur a donné de la grandeur à ton nom dans toutes les générations, et, à la fin des jours, le Seigneur manifestera en toi le prix de la rédemption des fils d'Israël."

Et il la plaça sur le troisième degré de l'autel, et le Seigneur Dieu répandit sa grâce sur elle et elle tressaillit de joie en dansant avec ses pieds et toute la maison d'Israël la chérit. » (Protévangile de Jacques, chapitre VII)

 

L'auteur nous dit que le don de Marie est prompt, ponctuel et sans retard, dès l'âge de 3 ans. Marie n'offre pas les restes mais les débuts.

 

La joie du don de soi se manifeste à travers la danse de l'enfant. Marie se fait aimer de son peuple parce qu'elle danse avec grâce.

Etrangement l'iconographie ne met pas en relief la petite danseuse gracieuse qu'est Marie.

Nous savons comment David s'est complu à danser ''de toutes ses forces'' (2 Sam 6, 14) près de l'arche de l'alliance et comment les psaumes voient la danse comme une rencontre joyeuse avec Dieu : ''Ils louent son nom avec des danses, et lui chantent des hymnes avec des cithares et des timbales'' (Ps 149, 3).

Saint Paul exhorte : ''Chacun donne selon ce que son cœur a décidé, non pas avec tristesse ni par force, parce que Dieu aime qui donne avec joie'' (2 Cor 9, 7).

 

Le pape Jean Paul II (1978-2005) écrit:

« Le sens le plus vrai et le plus profond de la vie est celui d'être don qui s'accomplit en se donnant»[2]. Un peu plus loin, il ajoute que «la vie rejoint son centre, son sens et sa plénitude, quand elle se donne »[3].

 

Benoît XVI, dans son encyclique sociale Caritas in veritate, propose à la société d'aujourd'hui, épuisée et fatiguée par l'égoïsme et par le vide intérieur, ce médicament de l'expérience du don de soi :

 

«La charité dans la vérité met l'homme face à la stupéfiante expérience du don. La gratuité est présente dans sa vie sous de multiples formes, souvent non reconnues à cause de la vision uniquement productiviste et utilitaire de l'existence. L'être humain est fait pour le don qui en exprime et acte la dimension de transcendance»[4].

 

Les philosophes contemporains développent ce thème dans plusieurs directions, par exemple :

Le don est un choix, une manière d'être et de se positionner en tant que personne en face d'une autre personne. C'est un style de vie de l'homme capable de gratuité[5].

Le don fait toujours référence à l'autre[6].

 


[1] J-N. Dumont (a cura di), Le Don. Colloque interdisciplinaire (Lyon, 24-25 novembre 2000), Édition de l'Emmanuel, Lyon 2001.

[2] Jean-Paul II, Lettre encyclique Evangelium vitae § 49.

[3] Jean-Paul II, Lettre encyclique Evangelium vitae § 51.

[4] Benoît XVI, Lettre encyclique Caritas in veritate § 34.

[5] Cf. P. Carlotti, Il dono come ermeneutica e rivelazione della persona. La prospettiva teologico-morale, dans Aa.Vv., Super fundamentum apostolorum, LAS, Roma 1997, pp. 562-563;

U. Galimberti, Valore etico e religioso del dono, dans Esodo 4 (2004), p. 12.

[6] S. Currò, Il dono e l'altro. Dans dialogue avec Derida, Lévinas e Marion, LAS, Roma 2005, p. 5.

 


Synthèse par F. Breynaert de : Bogusław Gil (MIC), L'Immaculée conception de Marie dans la perspective du don, dimension culturelle, biblique et théologique, Copyright © 2012

 

 

Saturday 02. of January 2016 Enduis les yeux de cet aveugle, et tu sauras immédiatement qui je suis …

2 janvier – Grèce, Mont Athos : Mémorial de la Panaghia Portaitissa (Sainte Gardienne de la Porte) - Les antiques apparitions de Marie en l'Eglise Anastasie de Constantinople


Afficher les résultats 1 à 1 sur un total de ###SPAN_BEGIN3646

1

2

3

4

5

6

7

Suivante >



{$print} 

 2006 - mariedenazareth.com - Powered by TYPO3