Elle précède immédiatement le soleil (Bérulle)

 

Marie, cette âme sainte et divine, est en l'Église ce que l'aurore est au firmament ; elle précède immédiatement le soleil.

 

Mais elle est plus que l'aurore : car elle ne le précède pas seulement, elle le doit porter et enfanter au monde, donner la Vie, le Salut, la Lumière à l'univers, et y produire un Soleil Orient, un Soleil levant, dont celui qui nous éclaire n'est que l'ombre et la figure.

 

La terre, qui méconnaît Dieu, méconnaît aussi cet ouvrage de Dieu en la terre.

Marie naît à petit bruit, sans que le monde en parle et sans qu'Israël même y pense, bien qu'elle soit la fleur d'Israël et la plus éminente de la terre.

 

Mais si la terre n'y pense pas, le ciel la regarde et la révère comme celle que Dieu a fait naître pour un si grand sujet, et pour rendre un si grand service à sa propre personne, c'est-à-dire pour le revêtir un jour d'une nouvelle nature. Et ce Dieu même qui veut naître d'elle l'aime et la regarde en cette qualité. Son regard n'est pas alors sur les grands, sur les monarques que la terre adore ; mais le premier et le plus doux regard de Dieu en la terre est vers cette humble Vierge que le monde ne connaît pas.

 

 


 

Cardinal Pierre de Bérulle

Vie de Jésus, ch. 5, Grasset 1961, p. 54-55